Symptômes

Maux de tête: causes et traitement

Maux de tête: causes et traitement


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Qu'est-ce qui aide contre les maux de tête?

L'une des formes les plus courantes de douleur humaine est le mal de tête. Le mal de tête, également appelé zéphalgie, peut être primaire, c'est-à-dire se produire comme une plainte indépendante ou secondairement comme un symptôme d'une maladie sous-jacente. Dans environ 90% des cas, des maux de tête primaires sont diagnostiqués, qui se présentent principalement sous la forme de migraines et de céphalées de tension et sont chroniques. Les dix pour cent restants surviennent secondairement, par exemple en tant qu'effet secondaire de l'hypertension artérielle ou du diabète. Un mal de tête temporaire peut également apparaître comme un «mal de tête de gueule de bois» après une consommation excessive d'alcool et de tabac, lorsque le patient est sensible aux intempéries, ou comme un symptôme d'accompagnement d'infections par le froid. Les douleurs aiguës répétées et très sévères doivent toujours être soigneusement examinées et diagnostiquées.

Diagnostic

Les maux de tête peuvent être aigus ou chroniques, toucher le crâne, le visage, la colonne cervicale supérieure et les symptômes associés. L'évolution, l'emplacement et le caractère de la douleur, les déclencheurs et les symptômes qui l'accompagnent fournissent des indices importants sur la cause. Un traitement efficace doit donc être précédé d'une bonne observation et d'un questionnement minutieux par le praticien, après quoi, en fonction de l'orientation thérapeutique, le praticien peut élaborer un plan de thérapie spécifiquement et individuellement. Si aucun diagnostic clair ne peut être posé, d'autres examens, par ex. Images en couches du cerveau, donnant des informations sur la cause.

Lieu de douleur: où fait-il mal?

La douleur diffère initialement dans l'emplacement de la douleur. Cela peut se produire sur un ou les deux côtés, se concentrer sur le front, les tempes ou l'arrière de la tête, cela peut errer, rayonner ou être limité à un point. Par exemple, les gens décrivent souvent des maux de tête qui irradient à l'arrière de la tête, ce qui peut être important pour le traitement. Intuitivement, les personnes touchées réfèrent très précisément le langage corporel aux zones douloureuses en tenant les zones douloureuses ou en traçant le processus douloureux avec leurs doigts. Ces informations importantes peuvent être utilisées efficacement sur le plan thérapeutique. Le traitement selon le modèle de distorsion du fascia (FDM) est basé exclusivement sur les instructions du langage corporel de la personne concernée.

Caractère de la douleur: comment fait-elle mal?

Les plaintes sont perçues comme fortes, moyennes ou légères et continuent d'être qualitativement décrites comme vives, ternes, piquantes, pressantes, lancinantes, martelantes ou tiraillantes. D'une part, ces descriptions peuvent parfois déjà donner une indication de la cause. Cependant, de telles sensations individuelles entrent surtout en jeu dans certaines formes de traitement, par exemple dans le FDM mentionné au début, les procédures imaginatives et l'hypnothérapie, où les images des personnes atteintes sont également utilisées.

Déclencheur de la douleur: quand ça fait mal?

La fréquence et la situation peuvent fournir des indices sur l'origine de la douleur. Y a-t-il des événements réguliers, les douleurs commencent-elles sous le stress, après l'effort, ou surviennent-elles le week-end ou pendant les périodes de relaxation? Peut-on établir un lien avec la nourriture, les métiers ou même les gens? Existe-t-il d'autres déclencheurs spéciaux, comme se toucher, dormir avec les fenêtres fermées ou se coucher dans une certaine position? Les maux de tête chroniques sont souvent psychogènes. Les stress émotionnels résultant de la situation professionnelle ou des relations interpersonnelles peuvent donc jouer un rôle important dans le choix de la thérapie optimale.

Formes de maux de tête

La littérature médicale classe divers types de maux de tête selon les déclencheurs, les cours, les causes, les principaux symptômes et les symptômes qui les accompagnent fréquemment. En pratique, ces descriptions sont bien entendu complétées par des sensations et des observations vécues individuellement des personnes concernées et parfois, en raison des caractéristiques individuelles, aucune affectation ne peut être faite. Ces classifications sont également prises en compte en naturopathie, mais il existe essentiellement d'autres hypothèses concernant les causes, de sorte qu'en plus de la thérapie conventionnelle des symptômes, des approches thérapeutiques alternatives pour restaurer l'auto-organisation physiologique de l'organisme existent et sont en cours de développement.

Maux de tête: causes

Les formes les plus courantes de douleur primaire dans et sur la tête sont énumérées ci-dessous et certaines maladies sont mentionnées dans lesquelles des maux de tête (secondaires) peuvent survenir en tant que symptôme.

Migraines (hémicranie)

Les migraines sont appelées douleurs épileptiques, qui surviennent principalement d'un côté (hémi = moitié; crâne = tête) et dont la qualité est souvent décrite comme des pulsations, des picotements ou des battements. Les crises de migraine se produisent généralement périodiquement et peut durer des heures aux jours (4-72 heures). Les symptômes associés sont des nausées et des vomissements réguliers, une sensibilité à la lumière et au bruit. De nombreuses personnes doivent attendre que la crise se trouve dans la pièce sombre. La migraine peut également survenir avec une soi-disant aura, qui peut s'accompagner de phénomènes visuels temporaires (flashs lumineux, scintillements) ainsi que de déficits neurologiques (hémiplégie, aphasie). Les causes des migraines sont encore largement inconnues. En tant que déclencheur d'une crise de migraine, le stress psychologique et les perturbations du rythme veille-sommeil sont souvent mentionnés, mais aussi la consommation de certains aliments et aliments de luxe, par ex. d'alcool, de chocolat et de fromage. Les crises de migraine peuvent déjà survenir dans l'enfance, comme chez les personnes âgées, les crises sont également plus courtes chez les enfants. Dans l'ensemble, les femmes sont plus touchées par les migraines que les hommes.

Céphalée de tension

La céphalée de tension chronique est diagnostiquée presque aussi souvent que les migraines. Contrairement à cela, la céphalée de tension chronique ou récurrente est principalement décrite comme une douleur diffuse et sourde dans toute la tête. On l'appelle également céphalée végétative-vasomotrice, ce qui signifie que la dérégulation du système nerveux végétatif conduit à des vasoconstrictions dans la région de la tête, qui provoquent alors la douleur. Le stress, la tension du cou, les facteurs climatiques, le manque de sommeil, le tabagisme et la consommation d'alcool sont toujours mentionnés comme déclencheurs. La douleur est généralement isolée, c'est-à-dire sans symptômes d'accompagnement tels que nausées ou vomissements. Selon la description des symptômes, les femmes en particulier sont souvent affectées par une combinaison de migraines et de céphalées de tension, de sorte que les relations entre les deux types de céphalées sont discutées.

Maux de tête et colonne vertébrale

Le nerf, qui déclenche généralement la céphalée de tension parce qu'il passe au-dessus de la tête, provient de la deuxième vertèbre cervicale. Après avoir quitté le canal rachidien, il doit passer par les muscles à l'arrière de la tête, où il peut probablement être pincé par une tension élevée. En chiropratique, on suppose, entre autres, que les blocages dans la première ou la deuxième colonne cervicale peuvent affecter le nerf et déclencher des douleurs. La tension défavorable sur et autour de la colonne cervicale est attribuée à d'anciennes blessures, par ex. en raison d'accidents de voiture avec coup de fouet cervical et poussée permanente défavorable de la tête vers l'avant dans le cadre du travail sur l'écran de visualisation.

Céphalée en grappe (syndrome de Bing-Horton)

La céphalée en grappe se produit de manière répétée, semblable à une crise et aiguë. La douleur est ressentie très intensément et parfois comme insupportable. Les épisodes douloureux sont dans la plupart des cas remplacés par des intervalles sans douleur qui peuvent durer des mois. Le mal de tête est généralement décrit comme constant unilatéral, avec une douleur au front et à la tempe dominante. Le plus souvent, les personnes touchées se réveillent la nuit en même temps avec de violentes crises de douleur qui durent de 30 à 120 minutes et peuvent se reproduire de deux à sept fois pendant la journée. cluster = Groupe, accumulation). Accompagnant parfois un larmoiement accru, un passage nasal, un gonflement de la muqueuse nasale, une paupière supérieure tombante et une conjonctive rouge (rougeur des yeux). Éviter les positions couchées est typique. Les causes des céphalées en grappes ne sont pas connues; les déclencheurs sont la consommation de nicotine et d'alcool ainsi que les injections d'histamine.

Par rapport aux migraines, les céphalées en grappes surviennent beaucoup moins fréquemment et surviennent plus fréquemment chez les hommes âgés de 20 à 30 ans. Les enfants et les personnes âgées peuvent également être affectés. Des symptômes similaires peuvent également être observés dans le syndrome de Sunct, dans lequel les crises de douleur piquante et pulsatile ont une fréquence de 3 à 200 par jour.

Névralgie du trijumeau avec douleur faciale

La névralgie du trijumeau survient souvent d'un côté du visage avec des attaques répétées de douleur très intense. La douleur apparaît soudainement et dure quelques secondes à un moment donné. Les attaques peuvent survenir jusqu'à cent fois par jour. En réponse à des attaques récurrentes avec une douleur lancinante et anéantissante, de nombreuses personnes souffrent de dépression, souvent associée à la suicidalité.
Les crises de douleur qui affectent la 2e et la 3e branche du nerf trijumeau sont parfois déclenchées en touchant les points de déclenchement ou en mâchant, en avalant et en parlant. Les causes sont inconnues, des courts-circuits neuronaux entre les fibres tactiles et de guidage de la douleur sont suspectés. Il y a rarement une irritation mécanique de la racine nerveuse due à une tumeur, un anévrisme ou similaire. Les femmes sont plus souvent touchées, surtout à partir de 50 ans.

Le mal de tête comme symptôme de maladie

Si les symptômes apparaissent comme un symptôme d'une maladie sous-jacente existante ou d'autres causes connues (blessure, médicaments), des maux de tête secondaires sont mentionnés.

Des maux de tête très aigus surviennent, par exemple, avec une hémorragie cérébrale, un infarctus cérébral, une thrombose veineuse cérébrale, mais également avec une pression cérébrale due à des tumeurs cérébrales à croissance rapide ou à une inflammation des méninges (par exemple dans la TBE). Souvent, les troubles de la conscience surviennent tôt ou tard.
Dans le cas de plaintes traumatiques dues à une commotion cérébrale, un coup de fouet cervical ou un traumatisme cranio-cérébral, des nausées et des vomissements ainsi qu'une raideur de la nuque peuvent souvent être trouvés. Si un mal de tête survient des années après une commotion cérébrale et qu'il n'y a pas de résultat organique, il peut s'agir d'un dysfonctionnement psychologique du traumatisme subi.

Paradoxalement, l'utilisation régulière d'analgésiques sur une période plus longue peut à son tour entraîner des maux de tête toxiques permanents. De même, les somnifères et les contraceptifs hormonaux efficaces («pilules contraceptives») sont considérés comme des causes potentielles. L'intoxication interne qui entraîne des maux de tête est souvent due à des maladies rénales et hépatiques, à une gastrite ou à une constipation chronique. Dans le processus, les toxines restent dans le corps, ce qui est limité si les organes excréteurs fonctionnent correctement. Les maladies métaboliques telles que le diabète sucré ou l'hyperthyéose peuvent également être accompagnées d'un mal de tête (mal de tête métabolique).

La douleur faciale et la douleur aux joues peuvent inclure peuvent être attribués à une crise de glaucome, un rhume avec écoulement nasal, une inflammation des sinus maxillaires et des sinus, des tumeurs, des maladies dentaires, des troubles oculaires, la sclérose en plaques (des deux côtés) mais aussi la névralgie du zona.

Les maux de tête continuent de survenir avec hypotension et hypertension artérielle, avec phéochromocytome et après ponction du liquide céphalo-rachidien. Ils apparaissent également souvent comme un symptôme du syndrome climatérique, prémenstruel et dépressif et après une forte toux.

Thérapie conventionnelle des maux de tête

La thérapie conventionnelle dépend du diagnostic posé. La thérapie avec des analgésiques est presque toujours au premier plan. Le traitement des migraines consiste d'une part dans le soulagement médicinal des symptômes de la crise aiguë avec des agents analgésiques, vasoconstricteurs et réducteurs de nausées. Pour les symptômes bénins, l'ibuprofène, l'acide acétylsalicylique ou le paracétamol sont recommandés, qui sont disponibles gratuitement en pharmacie et sont également utilisés contre les céphalées de tension. En cas de crises de migraine sévères, les médecins prescrivent des triptans, des ergotamines et des antiémétiques supplémentaires (médicaments contre les nausées). Des bêta-bloquants, des antiépileptiques et des inhibiteurs calciques sont administrés entre les attaques pour prévenir et réduire la fréquence des crises. Dans les crises aiguës, la céphalée en grappe est interrompue par l'inhalation d'oxygène et l'administration d'alcaloïdes ou de méthyses de l'ergot; à titre prophylactique, le lithium et le vérapamil sont utilisés comme médicaments à long terme.

Traitement en naturopathie

Si l'utilisation rapide et répétée des analgésiques peut être comprise, notamment en cas de maux de tête sévères, les effets secondaires désagréables et la toxicomanie posent toujours la question des formes alternatives de traitement. Voici quelques approches et procédures générales et spéciales de la naturopathie et de la médecine alternative à présenter, avec lesquelles les plaintes peuvent être traitées de manière professionnelle. Il existe également de nombreux remèdes maison pour les maux de tête de la naturopathie, en particulier la phytothérapie, disponibles pour l'auto-traitement des plaintes mineures.

Naturopathie générale

En naturopathie générale, le scories des tissus est (également) responsable du développement de céphalées chroniques. Comme moyen de choix, non seulement le professeur Brauchle dans «Le grand livre de la naturopathie» de 1957 recommandait initialement une cure de jeûne avec du jus ou une cure de crudités pour «vider les magasins de scories», ce qui a ensuite entraîné un changement de régime. Celui-ci doit contenir une forte proportion de légumes, il doit donc être de préférence pauvre en viande, sain et varié. La farine blanche, le sucre industriel, l'alcool, la caféine, les produits finis et les plats contenant des conservateurs et des exhausteurs de goût doivent être évités ainsi que trop de sel, d'agrumes et d'édulcorants artificiels.

Les troubles digestifs et les allergies ou intolérances alimentaires, derrière lesquels une mauvaise colonisation de la flore intestinale avec un syndrome de fuite intestinale est suspectée, jouent un rôle important en naturopathie, ce qui se traduit par de nombreuses approches thérapeutiques. S'il y a aussi des troubles circulatoires et que les pieds froids sont un symptôme constant d'accompagnement, selon Brauchle (voir ci-dessus), il faut d'abord remédier aux pieds froids, car «des pieds [...] éloignés des effets sur la tête [courent]». À cette fin, par ex. Alternance de bains de pieds et de médicaments finis à base de plantes.
En cas de tension et de durcissement dans la région du cou, les processus de cicatrisation doivent également être stimulés localement et de manière réflexe au moyen de zones réflexes de ventouses au moyen de ventouses sans effusion de sang ou d'un massage par ventouses de grande surface. De plus, avec des maux de tête chroniques, un changement climatique, par ex. dans la basse montagne boisée, ainsi que des activités sportives au grand air et des soins Kneipp recommandés. Cela comprend les lavages entiers quotidiens à froid, l'eau de marche et les moulages du bas des jambes. Cette forme d '«entraînement vasculaire» est particulièrement utile pour les céphalées de tension végétative-vasomotrice.

Maux de tête dans la médecine Hildegard

Dans la médecine Hildegard, une disharmonie des fluides corporels naturels est rendue responsable du développement de la maladie en multipliant les fluides de la maladie. Dans le cas des maux de tête, cinq causes sont connues de la médecine Hildegard, qui provoquent une libération excessive de bile noire et peuvent donc déclencher les symptômes. Ceux-ci incluent les infections fébriles et froides, les troubles métaboliques, les erreurs de régime, par ex. les quatre poisons de cuisine Hildegard, les aliments crus et le jus de poire; accidents et mode de vie défavorable et travail avec stress et inquiétude.

Les ventouses Hildegard et la saignée Hildegard sont utilisées dans la pratique Hildegard en particulier pour les migraines, qui vise à éliminer le mauvais mélange de fluides corporels (dyscrasie) résultant de troubles de la régulation du métabolisme et du système hormonal.

Homéopathie pour les maux de tête

De nombreux remèdes connus de l'homéopathie peuvent être efficaces contre les maux de tête. Un historique médical détaillé avec un homéopathe est donc conseillé, d'autant plus que le développement des symptômes joue également un rôle dans la douleur chronique. Le remède est également administré comme une puissance élevée dans la pratique homéopathique professionnelle, de sorte que des changements profonds peuvent se produire, non seulement au niveau physique. Dans le cas de plaintes légères et aiguës, des moyens d'auto-traitement éprouvés sont recommandés, généralement sous forme de teinture mère ou dans les puissances D4, D6 et D12. Cela comprend la belladone (belladone), en particulier pour la céphalée lancinante de la grippe et la bryonie (betterave), s'il y a un goût amer dans la bouche, si les mouvements sont évités et une pièce calme est nécessaire. Les douleurs éclatantes et pulsatiles dans la tête doivent être contrées avec Melilotus officinalis (trèfle de pierre). Les maux de tête secondaires sont également enregistrés avec le remède homéopathique approprié, par ex. si la douleur survient dans le cadre de douleurs menstruelles. En plus des remèdes individuels classiques, il existe désormais divers remèdes complexes homéopathiques à usage externe et interne et pour injection (par un naturopathe ou un médecin).

Hypnothérapie pour les maux de tête

L'hypnose peut être utilisée pour différents types de maux de tête. Nous travaillons avec des exercices de relaxation et de communication de la douleur, avec des images de guérison et des symbolisations. En donnant une forme à la douleur (forme, couleur, etc.), elle peut être concrétisée puis modifiée si nécessaire. Un aspect qui joue un rôle majeur est le manque de conscience des signaux corporels qui résultent de situations écrasantes répétées (de différents types). Le rythme naturel de tension et de relaxation est souvent perturbé chez les personnes souffrant de maux de tête chroniques, ce qui peut conduire à une mauvaise régulation permanente de la tension musculaire dans les douleurs de tension. Les migraineux remarquent les forts changements d'humeur avant et après l'attaque. Comme pour travailler avec des appareils de biofeedback, les réactions qui ont un effet positif sur la douleur doivent être apprises (à nouveau). De plus, des mesures efficaces en ce sens, qui peuvent également être utilisées en complément de l'hypnothérapie, sont la relaxation musculaire progressive ou le yoga régulièrement pratiqué.

Diverses études scientifiques existent, par ex. une étude publiée par Faran en 2002 («Approches pharmacologiques et psychologiques du traitement de la migraine»), dans laquelle les traitements médicamenteux et hypnothérapeutiques chez les patients migraineux ont été comparés. Entre autres, il y a une réduction significative de la fréquence et de la durée des crises de migraine, ainsi que de la douleur ressentie subjectivement.

Thérapie manuelle des maux de tête: ostéopathie

L'ostéopathie et le Rolfing considèrent l'ensemble du corps comme pertinent pour le diagnostic et le traitement. Une connexion très courante à l'articulation temporo-mandibulaire est due à une tension accrue dans la bouche, des asymétries et d'autres facteurs.

Les obliquités pelviennes ou les forces dans la colonne thoracique sont également utilisées, par exemple, pour une meilleure fonction et pour équilibrer la tension sur la tête. Les modèles anatomiques ne jouent aucun rôle dans le modèle de distorsion du fascia (FDM): en fin de compte, les déclarations et les gestes corporels des patients décident du diagnostic et du traitement.

La douleur tirante au-dessus de la tête est traitée de la même manière en déplaçant le pouce vers le bas - la douleur brûlante tirante est vue comme une torsion de la galea aponeurotica, une plaque de tissu conjonctif grossier sur la tête. Les céphalées ponctuelles sont considérées comme des perturbations de la transition os-tissus mous (dénommées distorsions du continuum), qui doivent être traitées avec une forte pression du pouce. Les gros maux de tête sont considérés comme une torsion du fascia superficiel et sont généralement traités en tirant les cheveux en diagonale vers le haut. (jvs)

Informations sur l'auteur et la source

Ce texte correspond aux spécifications de la littérature médicale, des directives médicales et des études en cours et a été vérifié par des médecins.

Se gonfler:

  • Matti Scholz et al.: DGU guidelines 012-011 Injuries to the upper cervical spine, German Society for Trauma Surgery (DGU), (consulté le 13 septembre 2019), AWMF
  • Andreas Straube: Thérapie des céphalées épisodiques et chroniques de type tension et autres maux de tête chroniques quotidiens, lignes directrices pour le diagnostic et la thérapie en neurologie, Société allemande de neurologie, (consulté le 13 septembre 2019), AWMF
  • Michael Rubin: Trigeminal Neuralgia, MSD Manual, (consulté le 13 septembre 2019), MSD
  • Manfred A. Ullrich: Traiter avec succès les migraines et la névralgie du trijumeau, Spurbuch Verlag, 2014
  • Stephen D.Silberstein: Migraines, MSD Manual, (consulté le 13 septembre 2019), MSD
  • Arne May: S1 guideline on cluster headache and trigeminal autonomic headache, German Society for Neurology (DGN), (consulté le 13 septembre 2019), DGN
  • Charly Gaul, Hans Christoph Diener: Maux de tête: Physiopathologie - Clinique - Diagnostic - Thérapie, Thieme Verlag, 1ère édition, 2016

Codes ICD pour cette maladie: Les codes R51ICD sont des codages valides au niveau international pour les diagnostics médicaux. Vous pouvez trouver par exemple dans les lettres du médecin ou sur les certificats d'invalidité.


Vidéo: Céphalée Mal de tête Causes, symptômes et traitement (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Iphicles

    Certainement. Je me suis joint à tous ci-dessus.

  2. Grobar

    C'est vrai! Excellente idée, je suis d'accord.

  3. Lancelot

    Magnifique, je vais l'emmener à mon journal

  4. Tejar

    Vous n'êtes pas correcte. Je suis sûr. Je propose d'en discuter. Envoyez-moi un courriel à PM.



Écrire un message